Aller au contenu | Aller au menu | Aller Ă  la recherche

24 06 15

Fury Fest 2005 - Hellfest 2015

Ah ça, c'est sûr que j'étais moins snob à 20 ans. CELA DIT j'ai éprouvé une légère nostalgie le jeudi, en voyant les festivaliers arriver, avec leurs bières déja chaudes et leurs tentes encombrantes, me rappelant ce moment où, après avoir longuement galéré pour mettre en place notre campement, nous buvions un coup bien mérité avec Faneliah, Véro, Manu (qui scotchait des posters de Peter Steele sur sa tente), Mademoiselle Ocytocine, Lydia et tous les autres.

J'ai donc été au Hellfest cette année, mais pas autant que je le voulais car il se trouve que je ne supporte plus du tout les vibrations ! j'envie mes copines qui ont pu aller en concert et fest jusqu'à leur accouchement (Mélanie, qui à 8 mois de grossesse faisait des cœurs avec les mains à son mari sur scène, Adeline qui à deux semaine d'accoucher transportait des plateaux de catering géants en backstage du festival des arts bourrins... ).

Cela dit j'ai pu quand même profiter un peu, et tant mieux car le site est encore plus génial qu'avant :

DĂ©ja, immense standing ovation pour les tentes Altar et Temple, sĂ©parĂ©es Ă  prĂ©sent, et avec un Ă©cran gĂ©ant Ă  l'entrĂ©e de chacune. 

Circuler sur le site est devenu bien plus pratique car il y a des allées bétonnées, ce qui évite de se frayer un passage au milieu des gens assis par terre pendant les têtes d'affiches. Il y a de l'herbe et non plus de la terre partout. C'est très joli et plus respirable.

La nuit c'est toujours aussi joli et romantique.

Niveau groupe, malheureusement comme mentionné plus tôt j'ai été obligée de faire light.
Cela ne m'a pas empêché de faire une super découverte : Despise You, un groupe de hardcore bien violent avec un duo homme-femme au chant. C'était hargneux et parfait pour me mettre dans l'ambiance le premier jour.

J'ai vu aussi de loin No Return et Vulcain en furetant sur le site. Puis le soir Children of Bodom, qui fut mon concert préféré du fest car d'une part Laiho ne semblait pas bourré donc ça jouait droit (il a d'ailleurs perdu une bonne dizaine de kilos, cela dit il semblait limite cadavérique) et ils ont joué beaucoup de titres des premiers albums et comme je suis une vieille fan ça m'a fait bien plaisir ! Les gens avec qui j'ai pu en discuter étaient unanimes là dessus, ils ont fait plaisir à beaucoup de monde avec cette set-list.

Ensuite je suis allée voir Satyricon, cette fois accompagnée d'Eva (des Girls'n Nantes), mais il y avait beaucoup de monde je n'ai pas pu bien suivre le concert (je ne pouvais pas trop me jeter dans la foule vu mon état). Mais j'ai rattrapé cela grâce à Arte Live (gloire à eux). Et je sais que vous vous en foutez mais Satyr s'est re-laissé poussé les cheveux et ne ressemble donc plus à Dany Brillant (tant mieux).

D'ailleurs vous pouvez retrouver le report d'Eva ici.

Petite pause devant Judas Priest pour ĂŞtre placĂ©e pour Slipknot (et j'aurai la chance de voir Painkiller jouĂ©e en live, ce qui m'a fait bien plaisir en plus de me faire patienter). 

Slipknot commence, alors déja d'entrée de jeu j'aime pas leur intro (Hk dira - et je suis d'accord - trop "Stone Sour". Je préférais leurs intros plus "dark"). L’énergie est toujours présente mais je ne retrouve rien de la hargne d'avant, là c'est policé, lisse. Plus rien de malsain. Après, il est probable que je ne sois pas hyper objective hein, car beaucoup ont adoré. Mais moi je n'ai pas retrouvé l'effet incroyable ressenti lorsque je les avais vus au Sonisphère.

Le lendemain je suis revenue sur le site du Hellfest pour l'heure de Bodycount SAUF QUE comme vous le savez ils étaient sur la Warzone (parce qu'ils ne pouvaient jouer qu'à cette plage horaire et que les main stage étaient déja bookées) et la foule était si compacte que je n'ai même pas pu aller jusqu'à la zone en question, donc je me suis rabattue sur Ensiferum, le seul groupe de pagan que je tolère, et ça m'a consolée un peu parce que comme d'habitude c'était génial (et que l'ambiance sous la tente avait l'air énorme, mais comme je suis arrivée tard j'étais dehors).



Ensuite c'est là que ça s'est corsé, je supportais de moins en moins bien les vibrations et j'ai fini par battre en retraite pendant Faith No More, ratant ainsi Marilyn Manson quelques heures plus tard, qui ne fut même pas diffusé sur Arte Live alors que je l'ai attendu, pleurant de déception, la tisane "grossesse peinarde" à la main. Pardonne moi Marilyn, je sais que mon absence t'a beaucoup affecté, certains chroniqueurs ont confondu ta détresse avec des signes de fatigue, mais je ne suis pas dupe. See you soon XOXO.

12 06 15

Pyrohex

photo : Joe Brady Photography




Video : Pyrohex official

ET et et .... on sort de l'echo du deuxième trimestre : C'EST UNE FILLE !! <3

8 06 15

Cours de préparation à l'accouchement

CARNET ROSE : je profite de cette note pour souhaiter toutes mes félicitations à Charlotte (la bassiste d'Aqme) et Shawter (le chanteur de Dagoba) qui ont eu un fils hyyyper mignon et à l'une de mes blogueuses mode préférées Alix (Cherry Blossom Girl) qui a eu une fille également la semaine dernière.
J'espère donc que vos périnées vont bien.


Quant à moi j'en suis au milieu de ma grossesse, et franchement, ça roule ! Pas de fatigue extrême, pas trop mal au dos par contre j'ai des boobs énormes et on me laisse passer devant au supermarché.

Bref, je vis ma grossesse plutĂ´t bien :

Formidable bouée cygne trouvée chez Irrijardin. Femmes enceintes : elle est parfaite pour la plage !
(vu qu'on peut ni s'allonger sur le ventre ni sur le dos)


Et cette photo de PLAGE m'amène à ma présentation de bouquin à lire tranquillement avec un cornetto et le bruit des vagues :

La semaine dernière je vous présentais Thérèse Raquin, de Zola, cette semaine on va changer de style, d'époque, de thème :


(offert par les Ă©ditions Hugo Sport)

WAG est l'acronyme de Wives and Girlfriends, et est majoritairement utilisé pour désigner les compagnes des footballeurs. C'est l'une d'elle, Manuela, 39 ans, qui raconte dans ce livre sa vie en tant que WAG et nous offre son regard critique sur ses semblables, sur les footballeurs et sur elle-même. De manière crue et sans détour. Boum.

Extrait :
"J'avais prévu de me lever, de jouer les ingénues, "Hello, mon petit frère est fan de vous, on pourrait faire une photo..." Pfff, il devait faire ça aussi souvent que ses lacets, mais je comptais sur mon bagout latino et mon odeur de cul à renverser la table. Plans remaniés, le footballeur s'était levé. Idéal. J'allais pouvoir le choper dans la powder room. "

A première vue ce livre me paraissait complétement racoleur (et dieu sait que j'adore ça), ça parle de bling bling, de sexe, de succès, de luxe et de perdre la tête par appât du gain. La narratrice ne se cache pas d'être attirée par le succès et les apparences, par les cadeaux hors de prix et la notoriété de ses proies.
Et on l'envierais presque lorsqu'elle nous fait l'inventaire de ce qu'elle vient de s'offrir (avec la CB de sa proie du moment) dans des magasins hors de prix, installée confortablement dans le spa d'un palace de Dubaï.

Seulement voilà, la médaille a un revers et on le découvre au fil du livre. j'ai beau aimer les sacs Chanel et les hôtels de luxe, jamais je n’échangerai ma vie contre la sienne.

Ce livre n'est certes pas écrit dans un style littéraire très recherché, ni très bien organisé, mais j'ai aimé son coté cru et direct, comme si la narratrice nous livrait ses pensées en temps réel. D'ailleurs le doute est permis : est ce bien une WAG qui l'écrit ou une personne, homme ou femme, qui les a longtemps étudié ? Qu'importe, j'adore tout ce qui se passe "derrière le rideau" et j'ai été rassasiée.

Secret Wag sur Place des libraires

Secret Wag sur Amazon

- page 1 de 237